textile habillement  
mode

Espagne : sous la pression des importations asiatiques, le secteur textile espagnol pourrait perdre 115.000 emplois d’ici à 2010.

textile espageLe secteur textile espagnol perdra 115.000 emplois d’ici 2010 du fait de la libéralisation des importations chinoises, soit une réduction de plus de la moitié de ses 215.000 salariés, a estimé Adriá Serra, président du Conseil Intertextil espagnol (ICE), lors d’une conférence de presse donnée le 18 octobre 2005.

Le secteur textile espagnol, composé actuellement de 6.330 entreprises, contribue à 4.8% au PIB et avec 5% des exportations totales espagnoles, soit 6.500 millions d’euros. Les statistiques de ICE reflètent une diminution de la production de11% pour les six premiers mois de cette année, une perte de 20.000 postes de travail, une diminution de 15% des importations d’équipements et une baisse des exportations de 2%. « Tout cela suite à l’invasion des produits asiatiques », selon Adria Serra.

Entre janvier et juillet de cette année, les importations en provenance de la Chine ont crû de 45%, suivies de celles de l’Inde, qui ont augmenté de 36.7 %. La Turquie, pour sa part, a augmenté ses exportations vers l’Espagne de 16.8 %. Actuellement, les importations en provenance d’Europe représentent 46.4 % du total, tandis que celles de l’Asie atteignent 34 %, dont près de la moitié pour la Chine (15.8 %). Les fournisseurs méditerranéens représentent 14.6% et les autres pays 5%.

Estimant cependant que le secteur textile espagnol « a un avenir si on prend les mesures nécessaires », Adria Serra a incité le Gouvernement à mettre en œuvre des initiatives pour donner un contenu concret au plan d’appui au secteur textile et de la confection annoncé par le Ministère Industrie, le Tourisme et du Commerce. « Jusqu’à présent nous avions compris le retard du plan parce qu’il doit être coordonné avec d’autres ministères comme celui Travail et des Affaires Sociales, mais maintenant nous voulons une réponse et donnons au Gouvernement jusqu’au 2 novembre pour annoncer des mesures concrètes » a précisé Adria Serra, ajoutant que si ce n’était pas le cas, le secteur s’interrogerait sur le bien-fondé de sa stratégie de communication qui écartait jusqu’alors de couper des routes, de brûler des pneus ou de bloquer des bâtiments ministériels.

A son avis, des mesures telles qu’un plan de mise à la retraite anticipée et la prolongation du plan Albaida de traitement social des restructurations sont opportunes. Adria Serra a également souligné la nécessité de prendre des initiatives pour favoriser la zone de production méditerranéenne au détriment des pays asiatiques. « Cette zone méditerranéenne présente des avantages de proximité et de capacité de réaction pour une stratégie plus sûre d’approvisionnement par les marques ou les grands distributeurs » alors que les fournisseurs asiatiques ne pourront pas satisfaire rapidement la demande car ils posent des problèmes de volume des commandes, de logistique et de capacités disponibles de production Il propose également la promotion du segment de produits techniques d’usage industriel, y compris destinés à l’exportation vers les marchés asiatiques

Enfin dans sa conférence de presse, Adria Serra dénonce les distorsions de concurrence telles que les obstacles tarifaires qui protègent des marchés tiers, les prix de dumping et les fraudes douanières et fiscales, y compris en Espagne.

 
Accueil | Qui sommes nous | Nous contacter | Liens
Copyright © 2005-2008 CEDITH - réalisation Akila